« La richesse d'internet réside dans son universalité. Il est essentiel que chacun, handicapé ou non, puisse y avoir accès. »

Tim BERNERS-LEE, inventeur du World Wide Web

Chaque individu est différent des autres et Internet doit être adapté à tout le monde, quel que soit son handicap (physique, auditif, visuel ou moteur). C'est pour cela qu'il existe des standards et des normes d'accessibilité du Web (WAI).

Actuellement, on estime qu'au moins 10 à 20% des individus présentent telle ou telle déficience dans la plupart des pays dits «développés». Certaines de ces déficiences ne sont pas un obstacle pour accéder à Internet, mais n'oublions pas que nous serons tous plus ou moins affectés un jour ou l'autre par le vieillissement.

L'accessibilité consiste à rendre un site Internet consultable par le plus grand nombre de personnes en s'affranchissant de toute contrainte, physique ou technique.

Par le support de périphériques tels que les navigateurs à synthèse vocale ou les plages braille, l'accessibilité permet notamment d'ouvrir un site Internet aux personnes souffrant d'un handicap physique (qu'il s'agisse d'un simple problème de vue ou d'un handicap moteur).

De ce fait, l'accessibilité c'est :

  • Plus de 4 millions de personnes concernées en France et près de 40 millions en Europe,
  • Un acte résolument social contribuant à réduire l'actuelle fracture numérique,
  • Un cadre juridique entrant en vigueur au 1er janvier 2005.

Le 21 octobre 2004, le Sénat a amendé et voté le projet de loi "pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées", déjà voté à l'Assemblée Nationale le 15 juin 2004. Son entrée en vigueur est prévue au 1er janvier 2005 et un décret en Conseil d'État en fixe les règles relatives à l'accessibilité. Dès lors :

  • Les établissements publics disposeront de trois ans, à compter de la publication du décret d'application, pour rendre leurs sites totalement accessibles,
  • L'accessibilité impliquera notamment la présence obligatoire d'équivalents textuels aux liens, aux formulaires ou aux documents à télécharger, encore trop souvent matérialisés par de simples images.

Nul doute que ce cadre légal s'étendra rapidement aux entreprises privées. C'est pourquoi, il semble judicieux de tenir compte dès à présent des implications de l'accessibilité dans les évolutions futures de tout site Internet.

L'accessibilité suppose le respect de règles strictes de développement. En fonction du niveau de prise en compte de ces règles, un site se verra qualifié de A, AA ou AAA (ce dernier étant le plus haut niveau d'accessibilité).

Voici quelques-unes des implications liées à l'accessibilité :

  • Commenter chaque lien et image de façon claire,
  • Gérer l'apparence de la page par feuille de style en laissant la possibilité à l'Internaute de modifier la taille des textes,
  • Ne pas utiliser de JavaScript ou proposer une version alternative à leur utilisation,
  • Structurer les contenus du site pour une lecture optimale en mode texte ou par synthèse vocale,
  • ...
  • Un site facile à utiliser
  • Un site qui fonctionne
  • Des contenus structurés et identifiés
  • Des services associés clairs et faciles d'accès

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le document [PDF] Culture et Handicap, Guide pratique de l'accessibilité disponible sur le site.

J'ai développé mon site selon ces principes. Voici quelques tests que vous pouvez effectuer :

  • modifiez la taille du texte de la page (IE : menu affichage > taille du texte, Firefox : Ctrl + roulette souris)
  • testez le menu d'évitement (1ère ligne en haut de la page)
  • utilisez la touche de tabulation TAB pour vous déplacer d'un champ actif à l'autre sur la page (menus, liens....), puis appuyez sur la touche entrée