J'utilise pour mes développement certaines classes issues de l'univers du logiciel libre, dont en particulier le Zend Framework.

Pour pouvoir utiliser ces librairies, il y a quelques prérequis :

  • PHP v 5.2 ou supérieure. Bien que le Zend Framework fonctionne correctement avec cette version de PHP, je vous recommande vivement d'utiliser la version PHP 5.5 ou plus. Il y a des améliorations importantes concernant la sécurité et la performance d'exécution disponibles dans les versions plus récentes de PHP.
  • MySQL v 5.1 ou supérieure
  • Concernant PHP, certaines extensions sont nécessaires : ctype, curl, dom , gd2, gettext, iconv, json, libxml , mbstring, mysqli, pcre, pdo, pdo_mssql,reflection, session, simpleXML, soap , SPL, standard , zlib
  • Le serveur Web Apache doit supporter la fonctionnalité mod_rewrite (l'url rewriting permet en particulier de construire des URL optimisées pour le référencement)

Hébergement

Je vous propose une solution d'hébergement adaptée aux besoins de votre site mettant en œuvre les versions les plus récentes de la plate-forme LAMP.

Dans le cas où vous optez pour votre propre solution d'hébergement, je vous demanderai de vérifier qu'il se conforme bien aux prérequis listés ci-dessus (cf. le chapitre "plate-forme").

Le (x)HTML est dédié à la structuration du contenu des pages (langage de balisage hypertexte), et le CSS prend en charge la partie présentation (feuille de style). La mise en œuvre de ces deux normes est conforme au principe de développement en couche, avec séparation entre contenu et présentation.

La mise en œuvre de ce principe de développement en couche, permet par exemple de modifier rapidement la charte graphique ou la présentation d'un site sans toucher au contenu.

Un exemple de réalisation

Jean-Jacques Amouyal et Michaël Médioni, experts comptables à Antibes, avaient chacun un site internet pour présenter leurs cabinets respectifs. A l'occasion de la fusion des deux cabinets comptables (la société ADVANTIS), ils ont choisi de reprendre la structure du site du cabinet Amouyal en lui appliquant simplement un nouvel "habillage" conforme à l'identité de la nouvelle société.

Voir le site » www.cabinet-advantis.fr

cabinet-amouyal.jpg
cabinet-advantis.jpg

Interopérabilité, accessibilité, portabilité, pérennité des documents, réduction des coûts ... l'avenir du Web passe par les Standards.

Il faut prendre en compte l'universalité d'internet, en définissant et en adoptant une politique d'accessibilité, conformément aux directives pour l'accessibilité aux contenus Web publiées par la WAI. Et le respect des normes est la première étape incontournable pour rendre un site accessible.

Les sites dont la structure et le contenu respectent ces normes sont également mieux pris en compte par les moteurs de recherches tels que Google ou Bing.

Les sites que je développe aujourd'hui mettent en œuvre les normes HTML 5.0 et CSS 3.0.

Pour en savoir plus sur les standards d'Internet :

http://openweb.eu.org/articles/pourquoi_standards/ (fr)
http://www.w3c.org (us)

Le « Responsive web design » est une technologie émergente visant à prendre en compte l'évolution récente de moyens d'accès à internet. Cette avancée technologique est également une nouvelle approche de la création de site.

L'universalité d'internet

Il y a 10 ans encore (ce n'est pas si vieux), un designer ou un ingénieur intégrateur pouvait sereinement concevoir un gabarit de site de largeur fixe, en général 940px pour pouvoir être vu en entier sur un écran de 1024px de large. Il arrivait même que certains précisaient avoir optimisé leur conception pour tel ou tel type de navigateur... Il faut dire qu'à cette époque, il y avait peu de navigateurs, et Internet Explorer était dans une position de quasi-monopole.

L'arrivée de nouveaux navigateurs, Firefox, Opéra, Safari, Chrome (...), vint bousculer les habitudes des spécialistes du web : on ne pouvait plus développer uniquement pour IE, il fallait prendre en compte tous les navigateurs, voire toutes les plateformes ((Unix et; Apple). C'est le début de la montée en puissance des standards du web : Html 4.1, XHtml 1.0, CSS 2.0...

La notion d'accessibilité fait aussi timidement son apparition.

De nouveaux terminaux

En quelques années le nombre d’appareils et de résolutions servant à consulter des sites web a tout simplement explosé : ordinateurs, smartphones, tablettes, web TV, frigo (!), format portrait ou paysage, etc…

La conception de site basée sur une largeur fixe, quelque qu'elle soit, ne permet plus de répondre à ces besoins si différents. Et développer des sites spécifiques à chaque format de terminal a vite montré ses limites : après les smartphones, l'apparition des tablettes, et de différentes tailles (7", 9", 10"...), sans parler des écrans récents de grand format (jusqu'à 30" !) rendait cette approche économiquement non viable.

C'est pour répondre à ce besoin grandissant qu'est né le responsive design.

Le responsive design

Cette évolution des techniques de webdesign, d’intégration et de développement se base sur une idée simple : un même et seul site doit pouvoir s’adapter dans son organisation, sa forme ou son contenu aux différentes résolutions d’écrans… Les colonnes par exemples peuvent s’ajuster, se déplacer, voire disparaître, les images se redimensionnent, un encart disparait...

Et pour atteindre cet objectif, le problème posé n'est pas uniquement technique, c'est toute l'approche de création d'un site internet qu'il faut repenser. En effet, on ne navigue pas sur un smartphone comme sur un ordinateur. Et le but même de la visite d’un site ou les centres d'intérêts de l'internaute peuvent différer selon que l’utilisateur soit sur un support ou un autre.

Puisque j'ai redéveloppé mon site selon ces principes, le plus simple pour illustrer mon propos est de modifier la largeur de votre navigateur (si vous être sur un ordinateur), ou bien de comparer la présentation du site sur un autre terminal, un smartphone par exemple... Vous verrez la largeur des éléments de la page s'adapter à la place disponible (grille de conception "élastique"), puis en dessous d'une certaine largeur, certains éléments change de forme (la barre de menu en haut de la page), puis les différents blocs d'information se réorganisent dans une présentation linéarisée pour pouvoir s'adapter aux écrans les plus petits.
Sur les terminaux mobiles tels que smartphones ou tablettes, vous pouvez également voir simplement la capacité du site à s'adapter à la place disponible en basculant votre terminal du mode portrait au mode paysage, et inversement.